Syndicat National des Enseignements du Second degré en Nouvelle-Calédonie

Accueil > Enseigner en Nouvelle Calédonie > Covid-19 : Continuité pédagogique

Covid-19 : Continuité pédagogique

lundi 23 mars 2020, par webmestre

Depuis quelques jours, se pose le problème de la continuité pédagogique pendant la fermeture des établissements scolaires en Nouvelle-Calédonie.

Vous trouverez dans cet article le communiqué officiel de la FSU Nouvelle-Calédonie à ce sujet

Cette continuité est en particulier vue par l’administration sous l’angle de l’enseignement à distance via les supports numériques (ENT, blog, classe virtuelle, mail et contacts aux familles).

Le Vice-recteur l’a réaffirmé lors de la réunion avec les syndicats : la présence dans les établissements à partir de lundi 23 mars se fera uniquement sur la base du volontariat.

Chaque équipe pédagogique est censée mettre à disposition des documents de travail pour les élèves et leur famille.
Le recours à ces dispositifs numériques pose cependant un problème important : Leur utilisation va renforcer les inégalités scolaires au travers des inégalités de ressources numériques, économiques, éducatives et culturelles des familles.

Alors même que la membre du gouvernement, Isabelle Champmoreau, ne souhaite pas, selon ses propres termes, « mettre la pression sur les familles », l’utilisation de ces plateformes numériques aura l’effet inverse. Le risque est d’entrainer in fine une dévalorisation de l’image de soi pour l’élève, mais aussi pour l’adulte, incapable de proposer une aide.
Par ailleurs, au-delà de l’équipement technologique nécessaire, qui n’est pas possédé par de nombreux foyers, l’utilisation de ces plateformes numériques suppose que chaque foyer puisse proposer à ses enfants un espace de travail adéquat pendant plusieurs heures dans la journée. Nous savons tous que cela n’est pas possible pour tous les foyers en Nouvelle-Calédonie.

Nous émettons donc des réserves sur le recours généralisé à ces plateformes numériques. Elles peuvent constituer un outil palliatif utile, en particulier en lycée et en post-bac, mais elles ne sauraient constituer une réponse pédagogique satisfaisante à la fermeture de nos établissements.

Il convient donc d’utiliser avec discernement ces outils. Certains chefs d’établissements mettent une pression inacceptable sur les enseignants, demandant par exemple la mise en ligne de progressions pédagogiques sur 15 jours.

N’hésitez pas à nous signaler ces abus.

La fermeture des établissements pénalisera nos élèves, c’est une évidence.
Malgré cela, nous saurons redoubler d’efforts, à la réouverture de ces établissements, pour amener les élèves calédoniens vers la réussite.

Comme nous l’avons toujours fait.